Guide : 5 étapes essentielles lors de l’ouverture d’un hébergement touristique

4P marketing mix model - prix, produit, promotion, place

Vous vous apprêtez à mettre un ou plusieurs de vos gîtes en location, ou vous êtes déjà propriétaire d’hébergements de vacances ? Voici quelques étapes à suivre pour s’assurer un succès commercial.

Première étape : s’assurer de la qualité de son gîte

Avant même la mise en location du gîte, il est nécessaire de s’assurer que le bien proposé aux vacanciers va satisfaire la clientèle potentielle, d’un point de vue logistique notamment. En premier lieu, celui-ci doit être très propre et posséder des installations modernes. Même les vacanciers qui veulent fuir les nouvelles technologies apprécient le confort ! L’électricité est-elle au norme ? Le gîte est-il bien isolé sur le plan sonore et thermique ? Y a-t-il de la moisissure ou des nuisibles ? Les robinets et arrivées d’eau s’écoulent-ils bien ? Pas de calcaire, ni de fuite ? Le gîte doit être totalement salubre. Les murs et sols doivent apparaître propres et en bon état. Mieux vaut choisir de la peinture que de la tapisserie pour les murs, et opter pour des couleurs neutres, qui ne se démodent pas, comme le beige par exemple. Enfin, une fois que les travaux nécessaires à la remise en état du bien sont terminés, il faut dresser le plus objectivement possible, la liste des attraits et des faiblesses du gîte. Pour être sûr d’être totalement objectif, pourquoi ne pas passer vous-même une nuit dans votre gîte, pour en apprécier le confort et déceler les éventuelles améliorations à apporter ? Toutefois, avant de penser à sa décoration, il est préférable d’étudier ce que propose la concurrence, afin de lui donner une identité propre qui le distinguera positivement des autres.

Deuxième étape : analyser l’offre de la concurrence

Pour être bien positionné, en termes de services et de prix, il est essentiel d’étudier ce que propose la concurrence. Pour ce faire, rien de plus simple : on peut se rendre à l’office de tourisme et répertorier toutes les locations de vacances situées dans un périmètre de 30 kilomètres autour de son gîte. Ces informations se trouvent aussi sur Internet. Photos et informations à l’appui, il faut répertorier tous les atouts et toutes les faiblesses des concurrents. Il faut également connaître leurs tarifs. Cette étape permet de savoir si la concurrence est nombreuse et sérieuse, et de connaître la valeur extrinsèque de son gîte. Cela permet également de se positionner par rapport à la concurrence et de connaître la valeur ajoutée du bien que l’on propose à la location. Par exemple, pour fixer ses prix, on tient compte des frais occasionnés par le gîte (réparations, équipements, eau, électricité…) mais aussi des tarifs de la concurrence. Il ne faut pas être au-dessus, ni trop en-dessous du prix moyen d’une location. Il est important de proposer des services que la concurrence n’offre pas.

Troisième étape : étudier la cible et les opportunités

Il est important d’étudier la structure de la clientèle potentielle, qui se rend en vacances dans le département où se situe son gîte. Couples ou familles ? Budget moyen pour les vacances ? Durée des séjours ? Là encore, ces informations peuvent être obtenues auprès de l’office de tourisme le plus proche. Elles sont indispensables pour proposer des prestations et tarifs adaptés. Par exemple, installer des jeux ou activités pour les enfants, ou aménager un coin romantique pour les amoureux… peut réellement faire la différence. Montrer à sa clientèle qu’on la connaît et que l’on est soucieux de son bien-être est perçu comme très positif. Il est également important de connaître la saisonnalité des locations, pour adapter ses tarifs en fonction de la période de l’année. Ainsi, il est opportun de proposer des promotions aux familles durant les vacances scolaires, en basse saison. Il ne s’agit là que d’un exemple. Il faut par ailleurs adapter le standing de son gîte, et les frais qu’il entraîne, à la clientèle habituée à fréquenter les lieux. On ne proposera pas des prestations cinq étoiles à une famille aux revenus modestes…

Quatrième étape : connaître et créer sa valeur ajoutée

Pour attirer les vacanciers, il faut savoir adapter sa location à la demande et se distinguer de la concurrence. En effet, il faut répondre aux besoins de la clientèle potentielle. Par exemple, si les vacanciers sont principalement des familles, il est indispensable que le gîte ne présente aucun danger pour les enfants et possède suffisamment d’espace pour qu’ils puissent se défouler. Le gîte peut être aménagé de manière ludique. Si en revanche on s’adresse en priorité à des couples, la décoration des lieux doit être placée sous le signe de la romance. Il faut en outre connaître les atouts que possèdent le gîte et que la concurrence n’a pas. Ce peut-être une baignoire/jacuzzi, comme une piscine extérieure… Pour se distinguer de la concurrence, il est aussi possible de donner une thématique particulière comme les équipements écolo et le bio par exemple. Toujours est-il qu’il reste essentiel d’être accueillant, chaleureux et serviable. La meilleure publicité qui soit, ce sont les clients satisfaits. En effet, dans le domaine de la location de vacances, le bouche-à-oreille est très important, notamment par le biais des forums sur Internet.

Cinquième étape : bien communiquer pour une publicité efficace

On peut posséder le gîte le plus extraordinaire du monde, si personne n’a connaissance de son existence, il n’attirera jamais aucun vacancier. C’est pour cela qu’il est important de se faire connaître, par la publicité et la communication, on-line et off-line. La première démarche consiste à aller se présenter à l’office du tourisme le plus proche, en apportant photos et texte de présentation. Il est également possible de prendre contact avec des maisons d’éditions spécialisées dans la création de guides touristiques, comme Le Petit Futé ou le Routard par exemple. Ces derniers enverront des clients mystères pour visiter et juger les lieux. Il est également possible de contacter la presse locale, pour faire rédiger une brève. Mais pour obtenir toute cette publicité gratuite, le gîte doit se distinguer par sa beauté, son cadre ou encore son originalité.

On peut également opter pour de la communication payante : dans ce cas, on s’adresse aux publications (livres et magazines) à caractère touristique. Chacune possède un service “publicité”, dont les coordonnées figurent en général dans “l’ours”. Mais attention, cela peut se révéler très coûteux ! Il est par exemple possible de payer 1000 € pour une parution mensuelle de trois lignes avec photo. Créer son site Internet peut aussi être une bonne idée, bien qu’aujourd’hui il soit de plus en plus difficile de se distinguer sur le Web sans véritable stratégie de marketing. Pour s’assurer de son efficacité, mieux vaut s’adresser à une agence de communication digitale. Ce type de service est très onéreux mais peut représenter un investissement intéressant sur le long terme. La dernière solution consiste à obtenir un label comme celui des “Gîtes de France” ou “clé vacances” ou encore “panda”. Là encore, rien n’est gratuit et les frais peuvent rapidement doubler. Par ailleurs, cela présente peu d’intérêt s’il y a déjà des locations possédant ce label dans les environs.

Il est également possible de proposer son gîte en location sur les sites et portails spécialisés sur Internet. Certaines plateformes prennent un droit d’entrée ou un pourcentage sur les réservations effectives. Encore une fois, cela peut s’avérer être un investissement rentable, en raison de la visibilité que ce type de sites offre aux gîtes de particuliers sur Internet. Lorsqu’on opte pour cette solution, il est important de soigner son annonce et les photos diffusées. Le texte doit être chaleureux et détaillé, sans faute d’orthographe, ni de grammaire. Il doit présenter tous les atouts du gîte et omettre habilement ses faiblesses. Les photos doivent être cadrées, de qualité, esthétiques et variées. Elles doivent toutes apporter une information utile, sur l’intérieur et l’extérieur du gîte.

En respectant toutes ces étapes une à une, on met toutes les chances de son côté pour parvenir à louer son gîte tout au long de l’année et à rentabiliser son investissement.

Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous. Pinng n'est actuellement pas autorisé

Ecrire un commentaire